Au Cameroun, un programme appuyé par le FIDA et axé sur les ruraux pauvres fait apparaître des résultats prometteurs et une marge de progrès

Yaoundé le 1er février 2018: Les projets de développement appuyés par le Fonds international de développement agricole (FIDA) au Cameroun visent à accroître les opportunités pour les ruraux pauvres, d'entreprendre des activités durables et rémunératrices à la fois sur les exploitations et en dehors des exploitations agricoles.

Une évaluation indépendante – réalisée par le Bureau indépendant de l'évaluation du FIDA – a évalué les résultats et la performance de la stratégie et du programme financés par le FIDA dans le pays, et a produit des recommandations relatives à la poursuite du partenariat entre le FIDA et la République du Cameroun, agissant de concert pour réduire la pauvreté rurale.

Le rapport montre comment les projets ont aidé les ruraux pauvres à renforcer leur capacité organisationnelle et leur pouvoir de négociation, et appuyé les jeunes entrepreneurs ruraux. Ce nouveau rapport d'évaluation a été présenté aujourd'hui à Yaoundé par le Bureau indépendant de l'évaluation du FIDA (IOE).

Cette évaluation, la première de ce type au Cameroun, couvre la période allant de 2007 à 2017. Durant cette période, le FIDA a apporté un financement à six projets de développement rural menant des activités dans sept provinces – Extrême-Nord, Nord, Nord-Ouest, Ouest, Centre, Sud et Littoral. La contribution du FIDA, s'élevant à 84,2 millions d'USD, a constitué plus de la moitié du coût total estimé du portefeuille pour cette période, soit 159,9 millions d'USD.

"Le FIDA intervient au Cameroun depuis 1980," déclare Ides de Willebois, Directeur de la Division du FIDA responsable de l'Afrique de l'Ouest et du Centre. "Durant ces années, nous avons collaboré avec le Gouvernement, aidant plus de 578 000 ménages à s'extraire de la pauvreté en leur offrant davantage de possibilités d'améliorer leurs moyens d'existence. Au cours des trois dernières années, nous avons sensiblement accru notre investissement, diversifié nos partenaires d'exécution, et axé notre stratégie sur l'entrepreneuriat dans les secteurs de l'agriculture, l'élevage, l'aquaculture et l'environnement. Notre projet phare, le Programme de promotion de l’entrepreneuriat agropastoral des jeunes, un programme de 72 millions d'USD, a innové en introduisant au Cameroun le concept et l'approche de l'incubation dans le secteur agroalimentaire. D'ici à 2021, il formera 25 000 jeunes, appuiera plus de 5 000 entreprises dirigées par des jeunes, créera plus de 20 000 emplois,  favorisera la création de 12 centres d'incubation, et abordera la question du cadre d'action des pouvoirs publics pour permettre la croissance des entreprises agropastorales."

Parmi les impacts positifs observés au Cameroun et dont rend compte le rapport, on peut citer notamment les solides résultats en termes d'augmentation de la productivité agricole de cultures importantes pour les populations locales, comme le manioc, le riz et les oignons. En outre, l'appui fourni aux activités génératrices de revenus, comme l'élevage de volaille et de porcs, la multiplication des semences, la production de gari et de jus, a contribué à accroître les revenus et la sécurité alimentaire de nombreux ménages ruraux pauvres. Les projets appuyés par le FIDA ont souvent collaboré avec des organisations de producteurs pour améliorer leur capacité d'offre de services à leurs membres, afin qu'ils puissent mieux coordonner la fourniture des intrants, et assurer la maintenance et la réparation des équipements et  infrastructures communs.

Le rapport indique aussi, toutefois, que les populations rurales les plus pauvres et les plus vulnérables n'ont pas toujours été atteintes, alors que les stratégies de pays et la conception des projets ciblent spécifiquement ces populations. Selon Oscar Garcia, le directeur d'IOE, "cette évaluation montre que les projets ont atteint l'objectif d'aider les populations rurales pauvres exerçant une activité économique. Mais, à l'avenir, le FIDA devra davantage se focaliser sur les populations les plus pauvres et les plus vulnérables, en particulier les femmes et les jeunes."

Des améliorations sont également possibles dans d'autres domaines; le rapport cite notamment la nécessité d'une attention accrue à l'égalité des sexes, et à la durabilité et la reproduction à plus grande échelle des interventions réussies. Afin de consolider les résultats des projets et de réduire les dépenses de gestion, les équipes de projet doivent être mieux formées, et le Gouvernement doit jouer un rôle accru dans le suivi des projets et la supervision fiduciaire.

Contact: Laure Vidaud, Assistante administrative, IOE (l.vidaud@ifad.org)

----------------------------------------------

Depuis 40 ans, le FIDA investit dans les populations rurales en les autonomisant afin de réduire la pauvreté, d’accroître la sécurité alimentaire, d'améliorer la nutrition et de renforcer leur résilience. Depuis 1978, nous avons octroyé environ 19,7 milliards d’USD sous la forme de dons et de prêts à faible taux d’intérêt en faveur de projets qui ont touché quelque 474 millions de personnes. Le FIDA est une institution financière internationale et un organisme spécialisé des Nations Unies dont le siège est à Rome – le centre névralgique des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture.

 

Le Bureau indépendant de l'évaluation du FIDA (IOE) réalise des évaluations portant sur les politiques, les stratégies et les opérations financées par le FIDA en vue de promouvoir l'obligation redditionnelle et l'apprentissage. L'objectif principal est de contribuer à améliorer la performance du FIDA et celle de ses partenaires en matière de réduction de la pauvreté rurale dans les pays bénéficiaires. Dans le cadre de ses évaluations indépendantes, IOE évalue l'impact des activités financées par le FIDA et fournit une analyse des succès et des lacunes – pour dire les choses telles qu'elles sont – et détermine également les facteurs ayant un effet sur la performance. En s'appuyant sur les éclairages clés et sur les recommandations dérivées des résultats de l'évaluation, IOE communique aussi à un plus vaste public, avec lequel il les partage, le savoir et l'expérience du FIDA dans le domaine de l'agriculture et du développement rural.