Sécurité alimentaire

Sauver la vie des populations en insécurité alimentaire

UN-CMR-agriculture1

Contexte

Les résultats de l’enquête EFSA (Emergency Food Security Assessment) de septembre 2016 indiquent 23.8% d’insécurité alimentaire dans les régions de l’Extrême-Nord, du Nord, de l’Adamaoua et de l’Est. Dans la région de l’Extrême- Nord, la situation est beaucoup plus préoccupante avec un taux d’insécurité alimentaire qui se situe à 33.6%, avec 4.2% d’insécurité alimentaire sévère. 

L’Extrême-nord est par ailleurs, une zone de production déficitaire et le déficit céréalier s’élève à 30 000 tonnes1. La présence des refugiés (57 000) et déplacés (223 642) exerce en outre, une forte pression sur les ressources naturelles, tels que les points d’eau, les pâturages ainsi que les autres services sociaux de base. Cette situation engendre des problèmes de cohésion sociale et des conflits agropastoraux.

En vue de promouvoir la production locale, les cibles du projet bénéficieront d’un appui en intrants agricoles constitués des semences améliorées, engrais, et bio pesticides, de petits matériels agricoles et d’un renforcement des capacités. De même, des infrastructures seront construites en vue d’une amélioration de la transformation et de la conservation des produits agricoles. Les ménages des éleveurs bénéficieront aussi d’un appui dans la création de petites unités de production animale. Les activités de réhabilitation ou de construction des  infrastructures Lelong des couloirs de transhumances sont envisages en vue d’améliorer la production animal.

Objectifs du programme

Le Programme de travail conjoint se focalise sur l’amélioration de la sécurité alimentaire des réfugiés, des personnes déplacées internes, des retournés et des populations hôtes des départements du Logone et Chari, Mayo Sava et Mayo Tsanaga affectés par la crise Boko Haram. Les enquêtes sur le terrain ont montré que ces groupes de populations ont perdu leurs moyens de subsistance et leurs capacités de production ont été réduites de manière drastique par les effets induits du conflit (afflux des réfugiés, incursion de Boko Haram, etc.) qui ont été aggravés par les conditions climatiques déjà défavorables. Cette situation les rend entièrement dépendants de l’assistance humanitaire. Plus spécifiquement le Programme conjoint vise les objectifs suivants :

Objectif 1 : Sauver les vies des populations en insécurité alimentaire à travers une assistance coordonnée et intégrée ;

Objectif 2 : Restaurer les moyens de subsistance des groupes vulnérables et promouvoir la résilience des communautés face aux chocs ;

Objectif 3 : Assurer la sécurité alimentaire des populations vulnérables à travers l’amélioration qualitative et quantitative de la production animale et végétale.

Budget prévisionnel (2018-2020)


Agences SNU Fonds propres Fonds à mobiliser Total (USD)
PAM 0 54 450 000 57 450 000
FAO 1 166 000 3 500 000 4 666 000
HCR 2 000 000 2 000 000 4 000 000
ONU Femmes 400 000 600 000 1 000 000
Total 2 400 000 63 550 000 67 116 000